L’expo est en place, vernissage demain

« Au coeur du Sahara », l’exposition consacrée aux photos de Maximilien Bruggmann, ouvrira ses portes demain dimanche 13 octobre (15h) à la Galerie du Vieux-Pressoir (Onnens près Grandson). Renseignements au +41793752313.

Quelques images en avant-première…

Le cadre unique de la Galerie du Vieux-Pressoir à Onnens
Michel Kunz, le galeriste du Vieux-Pressoir, et Peter Bruggmann, frère de Maximilien Bruggmann. Entre eux, le chef touareg Abakaoua photographié par Maximilien au coeur du Sahara.
Quelques-unes des photographies de l’exposition…
Outre une trentaine de photographies, dont certaines inédites, l’exposition présente également des objets touareg rapportés du Sahara par Maximilien Bruggmann.

L’exposition est ouverte jusqu’au 10 novembre mais nous serions fiers et heureux de vous accueillir dès demain (15h-18h).

Au coeur du Sahara / 13 octobre

Vernissage le dimanche 13 octobre 2019 de 15 à 18 heures

EXPOSITION DE PHOTOS DE MAXIMILIEN BRUGGMANN

13 octobre au 10 novembre 2019

GALERIE DU VIEUX PRESSOIR

Michel et Ute Kunz / Onnens près Grandson / Suisse / Tél. +41 79 375 23 13

SE RENDRE A ONNENS

Amoureux du Sahara et inlassable voyageur, le photographe Maximilien Bruggmann (1934-2016) nous a légué une œuvre considérable accumulée au cours d’une soixantaine de voyages qui l’ont conduit sur tous les continents… excepté l’Australie. Plus de 150’000 diapositives racontent les hommes, les paysages, la culture des pays et des contrées où il a séjourné, les peuples dont il a partagé le quotidien ou l’histoire.

Au Sahara, Maximilien Bruggmann se rendait dans les lieux les plus reculés, à la rencontre de ses amis nomades. Il était passionné par l’art rupestre dont les auteurs, photographes avant l’heure, ont peint ou gravé dans la pierre les instantanés de la vie préhistorique, au temps où le Sahara était vert.

Graphiste de formation, photographe par passion, Maximilien Bruggmann a su donner à ses clichés une esthétique rare. L’extrême méticulosité qu’il apportait à leur archivage en fait aujourd’hui des documents introu-vables et irremplaçables.

Maximilien Bruggmann conservait de ses origines lucernoises le sens du passé et le goût des profondeurs. Oeil de graphiste, âme de voyageur, il s’est passionné d’abord pour le Sahara, ses gravures rupestres, ses immensités désertes et pourtant habitées. Un filtre spécial le protégeait des laideurs du monde et lui permettait de se consacrer tout entier à ses beautés. Effarouché par les grouillements contemporains, il prenait le temps nécessaire à l’observation des peuples du monde et au partage de leurs émotions quotidiennes. Civilisations précolombiennes, route des épices, Egypte des origines, Maximilien Bruggmann promenait sur la planète un objectif attentif et tendre. Ces étapes sahariennes le rapprochaient un peu plus encore de ce qu’il cherchait en l’homme : la sagesse.

Les dernières années de sa vie, Maximilien Bruggmann avait entrepris de numériser ses clichés argentiques. Ce travail se poursuit aujourd’hui grâce à son frère Peter et à l’association des « Amis de Maximilien Bruggmann ».

www.maximilien-bruggmann.ch

www.maximilienbruggmann.com

www.les-amis-de-maximilien.org

Vieux-Pressoir,Onnens,Rue-des-Fontaines-6

Les voeux de Maximilien

Pour nous, Maximilien Bruggmann n’a jamais cessé d’être présent. C’est pourquoi, comme il le faisait depuis 1982, nous adressons en son nom cette carte de voeux pour 2019 à tous ceux qui l’ont aimé et connu. Avec son frère Peter, nous préparons également un livre consacré à Maximilien. Publication prévue avant la fin de l’année. Nous vous tiendrons au courant, bien sûr.

Bonne année à tous !

La Rahla rend hommage à Maximilien Bruggmann

 

Dans son édition du quatrième semestre 2017 (effectivement publiée fin mai 2018), La Rahla, Amicale des Sahariens, rend hommage à notre ami disparu. Trois grands photographes sahariens (Jean-Marc Durou, Alain et Berny Sèbe) évoquent leur rencontre, leurs contacts, leurs publications communes, leur admiration et leur affection pour Maximilien Bruggmann.

Lire la suite…

Ombres bleues du Tassili à Grandson le 22 février

« Ombres Bleues du Tassili », le seul film jamais tourné par Maximilien Bruggmann, a été réalisé en 1961 et 1962 dans le sud-est de l’Algérie. Maximilien en avait alors présenté quelques séquences muettes pendantsa tournée avec Connaissance du Monde, en particulier à Paris. Peu avant sa mort, ces images rares ont été entièrement montées, sonorisées et commentées. Ce document exceptionnel sera projeté le jeudi 22 février (14h30) à Grandson (Salle de Paroisse, rue Haute), à l’invitation de Huguette Terrettaz (Les Jeudis de Grandson). A la fin de la projection, le public pourra s’entretenir avec plusieurs amis et compagnons de voyage de Maximilien. Pour voir quelques extraits du film : https://www.youtube.com/watch?v=VsxEwv1QAkw

La salle n’est pas immense mais chacun devrait y trouver place. Pour tout renseignement : Huguette Terrettaz (+41.79.3930679) ou Alex Décotte (+41.79.2007745). A jeudi prochain !

PS : Si vous n’avez pas reçu la carte de vœux des Amis de Maximilien, vous pouvez la découvrir ici : http://blog.les-amis-de-maximilien.org/fidelite-1982-2014/

 

Vernissage à Ferney-Voltaire

Le vernissage de l’exposition « Maximilien Bruggmann / Femmes du Sahara » a eu lieu jeudi 14 décembre à la Maison des Pays de Voltaire (26 Grand’rue, Ferney-Voltaire) en présence des responsables de la Ville (Khadija Unal, première adjointe chargée de la Culture et Daniel Raphoz, maire), ici avec André Dutoit, secrétaire exécutif des « Amis de Maximilien Bruggmann ».

L’exposition restera ouverte jusqu’au 9 janvier (9h-12h et 14h-17h du lundi au vendredi, 10h-12h30 le samedi matin). Visites commentées les samedis 16 décembre et 6 janvier dès 10h. Renseignements au +33.642775611.

Dès le 15 janvier, l’exposition sera présentée jusqu’à la fin avril au Musée saharien du Crès (Montpellier).